CAMBODGE - Le lac Tonlé Sap

Mis à jour : févr. 16

Le Tonlé Sap est la plus grande étendue d’eau douce de l’Asie du Sud-Est. Les Khmers l’appellent « Boeung Tonlé Sap » qui signifie « grand lac » ou « grande rivière d’eau douce » selon que l'on parle de l’un ou de l’autre de ces éléments indissociables. Le lac Tonlé Sap est situé dans une dépression géologique en plein centre du Cambodge. La rivière Tonlé Sap est un cours d’eau sans source hydrographique qui relie les eaux du lac à celles du fleuve, « Mère des Eaux », le Mékong.

©Marie-Ange Portal

Le Tonlé Sap est le site d’un phénomène hydrologique unique au monde. Lac et rivière y inversent leurs rôles deux fois par an, au rythme imposé par les saisons, celui des crues et décrues du « Fleuve Mère » de la péninsule indochinoise.


A l’aube, l’instant est magique.

En fin de saison sèche (au mois d’avril) le lac Tonlé Sap est un réservoir peu profond (environ 1m) sur 2.700 km2 de superficie. La rivière s’en écoule alors paisiblement vers le Sud, vers le Mékong qu’elle rejoint aux alentours de Phnom Penn.

À partir du mois de mai, les eaux du Mékong, déjà gonflées de la fonte des neiges himalayennes à sa source, grossissent encore des nombreuses pluies de mousson des pays traversés. Ces incroyables quantités d’eau parviennent alors à inverser le courant habituel de la rivière qui remonte vers le Nord et submerge totalement la zone dépressionnaire du lac. Le lac Tonlé Sap peut alors atteindre, en fin de saison des pluies, une profondeur de plus de 9 mètres, une superficie de plus de 16.000 km2, et une contenance totale multipliée par 70 ! Chaque année, en novembre, le début de la saison sèche est marqué par une nouvelle inversion du courant, un retour à la normale en somme. Le Tonlé Sap s'écoule paisiblement vers le Mékong.


Au delà d’une simple homonymie, l’utilisation d’un même vocable pour le lac et la rivière Tonlé Sap est révélateur d’une réelle impossibilité humaine (et pour cause !) à en déterminer les limites respectives. Les hommes « modernes » ont classé le Tonlé Sap en « réserve biosphère » de l’UNESCO en 1997 mais les origines du phénomène sont, naturellement, bien antérieures à toute l’Histoire humaine.

Le Tonlé Sap est un bienfait de la nature. Ses eaux représentent l’un des plus grands sites de pêche en eau douce du monde, et ses terres, cultivées entre les périodes d’inondations annuelles, profitent d’une richesse exceptionnelle en sédiments et autres alluvions déposés. Les six millions d’individus du peuple Khmer d’aujourd’hui sont, comme tous leurs ancêtres, directement concernés par les ressources alimentaires produites. Le Tonlé Sap a influencé la construction de plusieurs villes importantes sur ses contours. Phnom Penn (la capitale) et Udon (la précédente) sont établies au Sud-Est, dans la zone de confluence au Mékong. Battambang, deuxième ville du pays, est située aux abords Nord-Ouest du lac.

Au Nord-Est, les ruines de la fabuleuse cité d’Angkor témoignent de l’importance primordiale du Tonlé Sap, élément clé des valeurs d’une civilisation toute entière. L’éternel recommencement du miracle des crues et décrues annuelles a sûrement inspiré bon nombre de leurs croyances fondamentales liées à la fécondité de l’eau. Quelques traces subsistantes d’un gigantesque réseau de canaux et de réservoirs permettent aussi d’affirmer que le mouvement perpétuel des eaux du Tonlé Sap a certainement dû inspirer leur génie civil. Article complet dans REGARD DE PHOTOGRAPHE MAGAZINE - N°0


18 vues

ASSOCIATION

Association à but non lucratif loi 1901

REGARD PEUPLES ET NATURE 

  • Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
#regardpeuplesetnature 

©2019 by Regard Peuples et Nature - Site créé par Marie-Ange Portal -  CGV - Mentions légales